mercredi 26 avril 2017

BARON


Baron était un grand caniche, il fut donné à  Victor Hugo. L’écrivain avait décidé de rendre visite à un ami, celui-ci habitait à Moscou. Il décida d’emmener son chien, le voyage fut long et épuisant mais Baron était jeune et solide il accepta les inconvénients.
Une fois à Moscou Victor Hugo prolongea son séjour jusqu’à la fin de l’été. Ayant été bien reçu, il offrit Baron à son ami, celui-ci l’admirait beaucoup.
Il était temps de repartir, l’auteur rentra seul à Paris !
De son côté Baron était très attaché à son maître et malgré les bons soins du Moscovite il décida de rejoindre le poète.
Victor Hugo était au courant par son ami que le chien avait disparu.
Pendant des moins Baron sentit les traces où son maître était passé, il réussit à revenir chez lui, il n’avait plus que la peau sur les os quand il aboya devant la porte, la servante le retrouva et appela Victor Hugo qui fut ravi de le retrouver. Le chien vécut encore sept ans !

Elena 

lundi 24 avril 2017

avril soleil

#avril soleil
avril : vert
Du bateau nous voyions ce mur à Vienne avec de la verdure !

Elena 2017



vendredi 21 avril 2017

Caroline PAVLOVA (1807 – 1893)


Ecrivaine russe du XIXe siècle, poétesse et traductrice. Elle anime un salon russe avec son époux où son récit « Double vie » parle de la condition féminine russe. Sa poésie n’étant pas reconnue en Russie elle part vivre à Dresde où elle y mourut. Son œuvre fut reconnue en 1900 par les symbolistes de l’âge ingrat. Elle travailla comme traductrice en allemand.
Elena 2017
Caroline Pavlova :
Quand ta voix est si tendre,
Ton œil si plein d'espoir,
Et j'entends sans entendre,
Je regarde sans voir ;
Quand un soupir achève 
Quelques mots dits tout bas, -
Oh ! Laisse que je rêve,
Ne t'en étonne pas. 

Quand une étoile blanche 
Luit au dessus de nous,
Quand, muette, je penche 
Mon front sur tes genoux ;
Quand la tristesse effleure
Mon cœur entre tes bras, -
Oh ! Laisse que je pleure,
Ne m'interroge pas. 

Que t'importe qu'une ombre
Passe devant mes yeux,
Qu'un instant tombe, sombre,
Dans mes instants joyeux ?
Mes bonheurs, mes souffrances,
M'inondant tour à tour,
Mes rêves, mes silences,
Mes pleurs ne sont qu'amour.

Avril 1837
( écrit en français )



mercredi 19 avril 2017

GENERATION KLEENEX


Aujourd’hui on ne s’aime pas, on se choisit, on se désire puis on se quitte pour un autre sans raison sans même se fâcher, c’est la génération kleenex !
Lorsqu’on un couple dure 5 ans et plus on le félicite pour sa longue durée et sa patience, il est tellement plus simple de se quitter à la moindre escarmouche et former une famille recomposée !
Bien sûr il y a toujours eu des difficultés chez certains couples mais là c’est moins qu’une difficulté, soit un autre nous plaît et « adieu » soit le conjoint n’est plus ce qu’on rêvait qu’il soit, tant de raisons différentes qui font que notre génération devient kleenex.
Je n’ai pas à juger, je ne fais que constater !

Elena 

lundi 17 avril 2017

avril soleil

#avril soleil
avril : vert
Le bois près de ma maison de campagne avec l’Autize qui longe sur des kilomètres.

Elena 2017