vendredi 18 août 2017

LINDSEY STIRLING


  1. Cette jeune femme de 30 ans est un phénomène ! Elle joue du violon, merveilleusement bien, mais cela ne suffit pas elle arrive à danser en même temps. Il faut la voir au moins un fois sauter et danser tout en jouant du violon. Elle est également compositrice, elle joue du techno mais aussi du celte et même du classique : dans ce cas elle ne saute pas. Elle a un grand registre et danse avec ses deux batteurs parfois. Mon fils m'a emmené un DVD d'elle et je fus agréablement surprise, c'est « Cristalline » qui l'a fait connaître.

Elena 2017
https://www.bing.com/search?q=lindsey+stirling+youtube&form=EDGHPT&qs=HS&cvid=4a11dfba704941d9894af84a52378c09&cc=FR&setlang=fr-FR&PC=ASTS

mercredi 16 août 2017

FAMILLE


Nadia avait été une jeune femme resplendissante, invitée dans les familles les plus nobles, elle aimait sortir, danser, recevoir… Le couple avait deux enfants : Igor, le bien-aimé de sa mère et Tatiana plus aimée par le père. En 1916 le mari de Nadia mourut et elle ne sortit plus. La guerre tua Igor, jeune lieutenant.
Nadia se retrouva seule avec Tatiana, leur solitude ne les rapprocha pas, il fallut attendre la révolution et Tatiana décida de partir en Europe, elle atterrit en France.
De son côté Nadia resta en Russie, étudia pour devenir dentiste.
Pendant que Tatiana se mariait avec un bourgeois, menant une vie oisive, s’intéressant surtout au maquillage, vêtements et vie inutile de bourgeoise s a mère est devenue communiste, adhérant entièrement au nouveau régime ; oubliant la vie mondaine.

Les années passèrent tranquillement pour la mère et la fille, un jour Tatiana retrouva sa mère et une correspondance s’ensuivit. Malgré leurs désaccords politiques, elles trouvaient des sujets pouvant les réunir. Nadia n’avait plus de famille et désirait ardemment retrouver sa fille. A 80 ans les Soviétiques permirent à Nadia de rejoindre Tatiana en lui versant sa retraite en France. Le bonheur se sentait dans le courrier, Tatiana prépara la chambre de sa mère et comptait les jours pour la retrouver.
Enfin Nadia arriva en France et sa fille l’attendait à la gare avec son mari, toujours du même avis que sa femme, puis ils arrivèrent dans la belle maison bourgeoise de Tatiana qui fit visiter sa maison avec fierté. Nadia lui ramena des bijoux et tous les objets personnels qu’elle put prendre, elles avaient tellement de choses à se raconter.

Le bonheur idyllique ne dura pas longtemps entre la mère et la fille. Nadia recevait « La Pravda » journal communiste et cela gênait beaucoup sa fille, puis elle devint amie avec une femme communiste parlant le russe, voisine que sa fille avait toujours ignoré.
De son côté Tatiana refusait la cuisine russe, son mari était français, elle économisait sur le chauffage et sa mère avait froid l’hiver, elle prenait la retraite de sa mère et ne lui laissait presque rien. Il est évident que la crise devait arriver, après une longue dispute Nadia fit une demande de retour en Russie, sa fille ne l’en empêcha pas.
Le gouvernement russe refusa prétextant l’âge avancé, elle devait avoir près de 85 ans déjà.
En attendant, la mère et la fille mangeaient séparément , le mari ne s’en mêlait jamais. Elles évitaient de se voir, Nadia restait de plus en plus dans sa chambre à écouter radio Moscou ou lire « la Pravda ».

Nadia approchait 90 ans et n’en pouvait plus, elle dépérissait, l’amie Russe eut pitié d’elle et prévint la mère supérieure Directrice d’une maison de retraite Russe, celle-ci lui écrivit en lui proposant de la prendre à condition qu’elle ne lise plus « La Pravda ». Au point où elle en était, elle accepta, prit aussi le passeport des émigrés russes, dure décision. Elle se retrouva dans la maison de retraite d’anciens émigrés de la révolution, elle ne fut pas acceptée par les pensionnaires, d’un autre milieu et n’ayant pas accepté le communiste. La mère supérieure n’était pas une mauvaise femme mais ne pouvait pas devenir communiste pour lui faire plaisir.
Nadia s’éteignit de tristesse. Elle avait retrouvé sa fille pour mieux la perdre, elle avait perdu ses amis et son pays et la vie n’avait plus d’intérêt pour elle. Elle ne parla plus, ne bougea plus et s’éteignit doucement n’ayant plus rien d’humain.

Tatiana tomba malade peu de temps après la mort de sa mère, elle ne guérit pas et mourut 18 mois plus tard. Le mari ne le supporta pas et se pendit.
Elena


lundi 14 août 2017

août soleil

#août soleil
août : bleu
Un dauphin une création en graphisme.
Elena 2017





vendredi 11 août 2017

JOUKOVSKI (1783 – 1852)


Poète, écrivain, traducteur russe, critique littéraire ; il est le précurseur du romantisme russe avant l’arrivée de Pouchkine qui fut son élève et ami.
Il fut académicien et reçut de nombreuses décorations. C’est en tant que poète qu’il est le plus réputé.
Il composa l’hymne russe « Que Dieu sauve le Tsar » Il voyagea beaucoup et mourut à Baden-Baden mais il fut rapatrié en Russie. Il s’était marié mais il perdit sa femme pendant les couches d’où se poème qu’il a écrit en pensant à elle :
Tu étais douce et silencieuse ;
Ton regard triste
Disait ton âme.
Ressouvenance
Des jours qui furent !
Ce fut l’ultime
Sur notre terre.
Tu t’es soustraite
Comme un archange.
Ta tombe est douce.
Là s’illumine
Toute mémoire
De notre monde.
Là s’illumine
Toute espérance.
Astres des cieux …
Ô douce nuit
Joukovski
Elena 2017

mercredi 9 août 2017

GUIGNOL


Au jardin du Luxembourg on voyait jouer guignol. Evelyne poussait sa mère pour assister au spectacle, elle aimait suivre les aventures de guignol, riait, répondait aux questions, s’investissait complètement au spectacle. Elle avait 8 ans et elles venaient au jardin du Luxembourg depuis trois ans déjà !
Mais un jeudi, Evelyne cria à sa mère à l’entrée du jardin :
  • Il n’y a pas guignol, il est parti …
  • Attends nous allons faire le tour !
  • Non, il est parti j’en suis sûre.
Elles ne trouvèrent plus guignol. La fillette insista pour aller dans d’autres parcs m ais elles ne virent plus Guignol, il ne venait plus dans les jardins. Evelyne pleura un peu mais en grandissant elle oublia assez vite l’incident et s’intéressa à autre chose.
Quand elle vit guignol aux informations, elle était déjà adulte, mais sont cœur fit un « boum » elle fut heureuse de le retrouver après tant d’années !
Elena

lundi 7 août 2017

Août soleil

#août soleil
août : bleu
Norvège en montant vers le pôle Nord.
Elena 2017



vendredi 4 août 2017

EN BULGARIE


Pour nos premières vacances à l’étranger nous sommes allés dans une agence de voyage, une dame nous proposa une semaine en Bulgarie. Ce n’était pas loin de Varna à Albena au bord de la mer noire. Nous étions dans un hôtel tout ce qu’il y a de plus correct. C’était la première fois que nous partions sans nos enfants, ils nous manquaient un peu mais cela ne nous empêcha pas de profiter de notre voyage. Les restaurants n’étaient pas chers et nous y allions tous les jours. Ils faisaient des brochettes les meilleures qu’on aient mangés et leur yaourt n’avait rien à voir avec les yaourts au goût bulgare qu’on trouve en France, quand aux glaces on en mangeait tous les jours.
Un soir nous sommes allés dans un cabaret dansant. Au milieu du repas deux hommes nous demandèrent s’ils pouvaient s’asseoir près de nous, nous avions accepté et nous eûmes une longue conversation. Il en sortit que pour eux les Russes étaient des amis encombrants mais ils n’en dirent pas plus. Ils nous racontèrent tous les progrès que faisait leur pays « Je me demandais s’ils étaient délégués pour faire de la propagande où nous surveiller ? « 
Il y eut un slow et un des deux hommes dit en bulgare à son copain :
  • Tu crois que je peux l’inviter à danser ?
  • Non, je ne crois pas que ça plairait à son mari, attend plutôt du rock…
J’arrivais à comprendre et cela m’amusait, mais je n’eus pas l’occasion de danser avec eux car nous partîmes avant ; le temps s’était couvert et il se mit à pleuvoir, notre table était dehors.
Outre les baignades nous avons pris le bus pour aller visiter Varna qui était une charmante petite ville.
A l’hôtel il y avait surtout des gens des pays de l’Est et surtout des Russes mais je vis aussi un groupe Français dans notre hôtel. Ils ne se conduisaient pas comme il faut, souvent ils criaient, se plaignaient de tout, réclamaient ou refusaient ce qu’on leur donnait. J’avoue que mon mari et moi étions gênés car le personnel était sympathique et il n’y avait rien à dire.
Il y a eu la fameuse séance de cinéma en plein air en version russe, on y est allé un soir, on a attendu plus d’une heure en papotant puis j’ai demandé à des voisins russes qui me dirent :
  • on vient on attend puis à 22 heures on s’en va mais parfois il y a une séance de cinéma, pas tous les jours. Je les remerciai et nous partîmes mais nous ne sommes plus revenus. Je trouvai qu’ils étaient patients de venir tous les soirs et souvent pour rien ; nous on préférait admirer le coucher du soleil sur la mer assis sur le sable.
Pour revenir on nous fit passer par la Roumanie et la raison on ne la comprit pas, à part ça ce fut un beau voyage à deux !
Elena 2017
Photo de Varna et Albena (le cinéma)


mercredi 2 août 2017

JEANNE


Elle avait travaillé en usine jusqu’à 65 ans, il fallait aussi préparer à manger pour son mari et ses 3 enfants. Le week-end Jeanne rangeait, repassait, faisait les courses, elle n’avait pas une minute à elle !
Pour la retraite son mari voulut vivre à la campagne, il avait une maison qui lui venait de ses parents, dans le Berry dans un village perdu. Jeanne n’avait aucune envie de s’exiler là-bas mais son mari eut le dernier mot et elle accepta sans rien dire.
Arrivés dans le Berry, elle aida à emménager les meubles, la vaisselle et le reste…
Au moment du repas son mari demanda :
  • As-tu fait à manger Jeanne, as-tu assez de courses ?
  • Je ne ferai plus la cuisine, je prends ma retraite et si tu as faim tu prends la voiture, tu sais bien que je ne sais pas conduire…
Pierre resta ébahi, il ne savait ni que dire, ni que faire mais la faim le tiraillait et il partit faire les courses ; en rentrant il lui demanda comment on cuit les pâtes, elle lui expliqua volontiers.
Depuis ce jour Jeanne ne fit plus jamais la cuisine et les enfants puis les petits enfants devaient se débrouiller avec ce qu’il y avait, c’est à dire des conserves ou faire des courses.
Jeanne ne travaillait pas dans le jardin non plus, elle acceptait juste de recoudre un bouton. Elle consacrait son temps à la peinture et les paysages étaient merveilleux dans les environs. Jamais on ne la vit aussi heureuse, son entourage accepta le fait qu’elle prenait sa retraite et ne lui demanda plus rien !
Elena

lundi 31 juillet 2017

juillet soleil

#juillet soleil
juillet : rouge
Le bus de Vienne.
Elena 2017


mercredi 26 juillet 2017

pause famille

Je fais une pause famille jusqu'à lundi. A bientôt

lundi 24 juillet 2017

juillet soleil

#juillet soleil
juillet : rouge
Création avec mon paint shop pro.
Elena 2017


vendredi 21 juillet 2017

LES SRAUSS


La famille Strauss fut loin d’être unie comme on pourrait le croire et pourtant elle donna beaucoup de musiciens talentueux.
Johann Strauss père fut compositeur et chef d’orchestre à la cour, il joua dans divers pays et fut connu de son vivant, ses valses enchantaient le public. Il défendit à ses enfants de jouer et sa femme divorça, ainsi son fils Johann II fut également compositeur et musicien et il composa « Le beau Danube bleu » ainsi que l’opérette « La chauve souris » Le père était jaloux du succès de son fils et leurs relations ne s’améliorèrent qu’à la fin de sa vie.
Le frère Joseph composa des valses et quelques polkas mais il mourut tôt et ne fut pas très célèbre. L’autre frère Eduard composa beaucoup de valses et polkas et joua dans l’orchestre des Strauss. Son fils Johann Strauss III pris le relais. Si l’entente ne fut pas parfaite le talent des Strauss était bien réel et il continue à nous enchanter !
C’est une famille qui eut beaucoup de descendants musiciens après Bach.
Elena

mercredi 19 juillet 2017

EFFROI


Elle dormait quand soudain un bruit insolite la réveilla, elle ouvrit un œil et se sentit envahie par la peur. Elle vivait seule, son chien vivant dehors il n’avait pas aboyé, le bruit s’intensifiait, elle n’arrivait pas à le localiser.
Elle prit le couteau de boucher et s’approcha de la cuisine, elle alluma les lampes extérieures, et là elle vit une ombre s’enfuyant. Ce n’était pas un humain, un animal sans doute, elle décida de se recoucher.
Le sommeil ne venait pas, les bruits extérieurs se faisaient de plus en plus intenses, elle se leva et regarda par la fenêtre ; elle se sentit effrayés sans pouvoir bouger. Elle vit son chien, mort déchiqueté et plus loin, un animal mangeant un os de son chien ; elle n’arriva pas à reconnaître l’animal, la peur devenait intenable, l’inconnu fait toujours peur !
Elle vérifia les portes, elles étaient bien fermées, elle regretta d’être en panne de téléphone, on devait réparer la ligne le lendemain. Elle prit son courage à deux mains et retourna se coucher en se cachant sous les draps.
Le lendemain, elle fut réveillée par les ouvriers venus pour le téléphone, elle mit sa robe de chambre et leur ouvrit, elle put voir son chien dépecé et plus loin des pas, elle les montra aux ouvriers qui dirent :
  • Pauvre bête, il y a un lion qui s’est échappé de chez vos voisins, les pompiers l’ont retrouvé  et l’ont emmené dans un zoo ;
  • C’était un lion ?
  • Oui, heureusement qu’ils l’ont capturé, quelle idée d’avoir un animal sauvage chez soi !
Elle sourit soulagée, puis une larme coula sur sa joue, son chien n’y a pas échappé, elle râla contre ses voisins puis alla déjeuner.
Elena 

lundi 17 juillet 2017

juillet soleil

#juillet soleil
juillet : rouge
Le soleil vu du télescope de mon fils.
Elena 2017


lundi 10 juillet 2017

Pause panne

Je suis en panne d'ordinateur, à bientôt. ELENA

jeudi 29 juin 2017

Pause

Nous rentrons en région parisienne pour examens médicaux pour mon mari et j'ignore exactement quand nous reviendrons.  A bientôt ici ou là-bas.

mercredi 28 juin 2017

UN ENFANT


Le couple Martin ne faisait pas partie des couples les plus unis, ils se chamaillaient à propos de tout, les gens ne les invitaient plus ensemble. Pris à part, chacun des deux était sympathique, enjoué et serviable, les personnes du village les invitaient séparément.
Ils étaient mariés depuis dix ans et ne s’étaient pas calmés, les disputes continuaient, les gens les entendaient à chaque fois qu’ils passaient devant chez eux, certains essayaient de comprendre pourquoi ils se disputaient mais ce n’étaient que des chamailleries sans importances et le village restait perplexe devant cet état de fait.
Après la disparition de l’URSS, il y eut un appel pour prendre des enfants bulgares, orphelins et maltraités dans leur pays. Le couple Martin arrêta de se chamailler, le mari demanda à son épouse :
-        Que penses-tu si on prenait un petit bulgare ?
-        Impossible, ils ne nous le donneront pas, tout le monde parlera de nos disputes.
Le mari réfléchit et pensa qu’elle avait raison, il lui proposa de faire une trêve, elle lui dit :
-        Un enfant ne comprendra pas les chamailleries, il n’est pas heureux, alors si tu en veux un il va falloir arrêter les disputes. Il savait qu’elle avait raison, il lui répondit :
-        Faisons un essai pendant deux mois, si nous tenons cela veut dire, nous pourrons prendre un enfant, qu’en penses-tu ?
Elle accepta, on ne les entendit plus, au second mois les gens du village commencèrent à s’inquiéter et venaient voir si tout allait bien, certains les invitèrent ensemble et il n’y eut aucune dispute. A la fin des deux mois le couple alla faire une demande pour un enfant bulgare.
Une enquête se fit sur le couple, certains voisins dirent qu’ils se chamaillaient toujours et leur demande fut refusée. Quand ils reçurent la décision négative, le couple se chamailla encore pire qu’avant.
Tout le village était assemblé, le maire dit :
-        Enfin les choses sont rentrées dans l’ordre ! Ils se dispersèrent rassurés pour le couple.

Elena 

lundi 26 juin 2017

Juin soleil

#juin soleil
juin : musique
Le chef d’orchestre a un rôle important surtout pour les musiciens.

Elena 2017



vendredi 23 juin 2017

JEAN ROSTAND


Sur ses vieux jours Jean Rostand accepta de parler à la télévision tous les samedis. Il nous parlait de sa passion qui était la biologie, il nous montrait ses expériences, parfois avec des jeunes qui venaient le voir. Il vivait à Cambo les Bains et parlait de sa demeure.
J’aimais m’installer le samedi pour écouter Jean Rostand, j’aimais sa simplicité, il n’était pas mondain malgré qu’il soit connu, j’admirai sa façon d’expliquer : simple et passionnante. Il a réussi à me faire aimer la biologie alors qu’à l’école j’étais indifférente à cette matière.
Après plusieurs émissions de lui, j’allai à la bibliothèque et j’empruntai des livres de lui que je dévorais avec plaisir.
Je fus très triste quand les émissions se terminèrent et encore plus quand il mourut. Depuis, je suis persuadée qu’on peut nous faire aimer presque tout si on sait s’y prendre !

Elena 

mercredi 21 juin 2017

FILS


Un jour, mon fils devait avoir 18 ans ou un peu plus, me dit :
-        Tu vois ce chêne j’y suis montée jusqu’à la branche la plus haute !
Je ne répondis pas, mon cœur se serra de peur, il continua :
-        Tu vois ce petit pont nous sommes passés en-dessous pour entrer dans le château et on a failli se noyer en revenant, j’ai eu du pot ce jour-là !
Il m’était impossible de répondre, je me sentais de plus en plus pâle.
-        Regarde maman, sur ces branches on jouait à Tarzan en se balançant !
-        Arrête !
-        Mais je m’en suis sorti, et encore je ne t’ai pas tout raconté !
-        Surtout ne continue pas, si j’avais su mon cœur ne l’aurait pas supporté !
Sans pitié pour mes frayeurs mon fils continua à me raconter toutes les bêtises qu’il fit étant enfants et, je pensais naïvement qu’il jouait aux voitures avec son gentil copain !
- N’ayez pas d’enfants pour vivre tranquille lui criai-je, il se mit à rire !

Elena 

lundi 19 juin 2017

juin soleil

#juin soleil
juin : musique
Le tango qui était ma danse préférée !

Elena 2017


vendredi 16 juin 2017

WRANGEL


Il est dernier commandant en chef, russe, des armées blanches (1878 – 1928) Il mourut à Bruxelles, sans doute assassiné par les communistes.
Wrangel se battit jusqu’au bout et à la fin réunit tous les blancs qu’il put, civils aussi bien que militaires et les fit monter sur les bateaux dont le sous-marin Spass. Il savait qu’il ne pouvait plus rien faire et décida d’introduire des Russes en Europe pour continuer la lignée de toutes les classes un peu comme Noé .
Spass partit de Perekop (terre séparant la Russie de la Crimée) et en cours de route rencontra le croiseur Waldeck-Rousseau. Les Français acceptèrent qu’il sauvât tout le monde et même de l’aider à condition qu’il laisse ensuite à la France toute la flotte y compris le sous-marin et il accepta sachant qu’il ne pouvait plus rien faire. C’est ainsi que furent sauvés plus de 100 000 blancs. Et, la France récupéra plus de cent bateaux et un sous-marin.
Je l’ai lu dans le livre de Roman Petroff « Novembre blanc »  Faits dont il fut témoin.

Elena 

mercredi 14 juin 2017

LE ROCHER



Porthos, mon léonberg de 80 kg, adorait nager et dès que je pouvais, je le laissais nager avec moi.
Lorsque nous sommes allés en Sardaigne, il faisait chaud et il y avait des criques partout. Nous nagions tous les deux à chaque fois que c’était possible.
La veille du départ nous étions à Tortoli face à la mer, il y avait des rochers à 100 mètres environ peut être moins. J’appelai Porthos et lui montrai le premier rocher :
-        Tu vas me suivre doucement jusqu’à ce rocher, essaie d’aller à mon rythme !
Il tourna la tête comme lorsqu’il voulait comprendre. Je nageais sur le dos et lui fis signe de venir, il nageait lentement en me suivant jusqu’au rocher. Je le félicitai,  arrivés, il s’en retourna en deux  ou trois brasses  et revint sur le rivage. Nous avons recommencé la même opération en allant plus loin, il me suivait toujours très patiemment mais une fois le but atteint, il repartait immédiatement.
Plus tard nous prîmes l’habitude de nager de cette façon partout où j’avais le droit de l’emmener !

Elena 

lundi 12 juin 2017

juin soleil

#juin soleil
juin : musique
Ambiance tzigane !

Elena 2017


vendredi 9 juin 2017

NADIA BENOIS (1896 – 1974)


Artiste peintre russe née à Saint Petersburg elle est diplômée de l’Académie des Beaux Arts. Elle travaille surtout pour les décors de théâtre ou autres mais elle peignit également des tableaux. Elle épousa Jona Ustinov et est la mère de Peter Ustinov.
Elle émigre en 1920 avec son mari en Grande Bretagne où elle vécut jusqu’à ses derniers jours. Elle a participé a de nombreuses décorations aussi bien à Londres qu’à Paris.
 Elle conçoit aussi des costumes et ses nombreuses œuvres sont exposées dans de nombreux musées.
J’ai choisi uniquement ses tableaux pour les montrer :

Elena 2017








mercredi 7 juin 2017

LE POEME


L’étincelle qui crée une œuvre de génie
Jaillit plus sûrement au feu de la douleur,
Et c’est pourquoi l’esprit qui cherche le bonheur
Las de désespérer très fréquemment le nie.
Chacun ayant sa part, c’est une calomnie
De la déblatérer dans un moment d’humeur.
Afin de s’épargner l’inutile clameur
Il faut se souvenir d’une époque bénie.
Car nous sommes atteints au cycle rituel
Et le destin agit comme un tyran cruel
Qui punit sans donner les raisons de son blâme.
Le poète inspiré, n’a pas à faire un choix :
Ses larmes sont le sang désincarné de l’âme
Comme la poésie envoûtante est sa voix !

Elena 

lundi 5 juin 2017

juin soleil

#juin soleil
juin : musique
L’orchestre que nous avons vu à Budapest. Ils jouaient d’une cymbale typiquement hongroise.

Elena 2017


vendredi 2 juin 2017

LILI MARLEEN




C’est une chanson d’amour entre un soldat allemand et une jeune fille en Allemagne pendant la guerre de 14 – 18. L’histoire n’eut aucun succès mais en 1937 Norbert Schultze reprend les paroles et compose une chanson pour Lale Andersen qui la chante en 1938 et en fait un succès. C’était inattendu et en même temps la chanson fut si réclamée par les soldats que Lale Andersen fut assignée à résidence par la gestapo et obligée d’aller chanter dans divers camps et pays.
Elle se permit de gifler l’adjoint de Goebbels qui s’ était permis d’être trop entreprenant et à la suite de cet incident elle fut arrêtée de chant pendant dix mois. Mais les soldats s’étaient habitués à entendre tous les soirs à la même heure Lale Andersen chanter Lili Marleen, la chanson les stimulaient, permettait de tenir alors une révolte se fit et Hitler dut rendre la liberté à la chanteuse pour la plus grande joie des soldats allemands mais pas seulement, la chanson avait été traduite en anglais et les autres soldats l’écoutaient  également. Lale Andersen continua à chanter d’autres chansons et vécut jusqu’en 1972.
Après la guerre Marlène Dietrich la remania et la chanta en anglais aux USA.

Elena 

mercredi 31 mai 2017

LA MOUCHE


Il regardait la mouche, elle tourbillonnait, se posait sur la table une minute puis repartait voler vers d’autres coins.
Comme la mouche sa vie fut un long tourbillon, quelques escales et pour finir un arrêt dans cette pièce où il s’ennuyait à mourir.
Marin, il vécut des aventures et cette vie lui convenait. Il avait des maîtresses à chaque port ou presque. A sa retraite il dut s’arrêter de voyager, il prit une chambre et se chercha une épouse. Françoise accepta de vivre avec lui un temps avant de prendre une décision. Très vite la cohabitation devint infernale dans une chambre et il ne voulait pas déménager avant le mariage. Il se retrouva seul n’étant pas homme à céder !
Aujourd’hui, les seules femmes qu’il voyait étaient celles qu’on paye, il était passé à côté de l’amour, de la vie de famille ; le regrettait-il ? Il n’en savait rien.
La mouche s’envola à nouveau et il l’envia, comme il aurait voulu repartir sur le paquebot !

Elena 

lundi 29 mai 2017

Mai soleil

#mai soleil
mai : rose
Des roses couleur rose fait en graphisme.

Elena 2017


vendredi 26 mai 2017

KNUT


En 2006 naît, au zoo de Berlin, un ourson polaire ; sa mère le rejette et Thomas un gardien décide de l’élever. Il dort près de l’ourson car il a besoin de biberons toutes les 2 heures au début. Un lien se tisse entre l’ourson et son gardien et on les voit se promener ensemble dans le zoo et surtout jouer avec l’accord de la direction. Le zoo est gagnant car les visites se multiplient, les DVD et photos sont pris, on invente des oursons ou des chansons et Knut devient une vedette. En regardant les DVD on est attendri par Knut et Thomas, ils sont si liés ensemble !
Mais Knut grandit et au fur et à mesure il devient agressif, bientôt Thomas n’ose plus rentrer dans la cellule où on a placé Knut. L’ours ne s’entend pas non plus avec les autres ours ni même les femelles, de toute façon il a été castré. Thomas meurt d’une crise cardiaque en 2008 et Knut meurt en 2011 au vu et au su de tout le monde, il se met à tournoyer et se jette dans l’eau où il se laisse noyer.
Un ours polaire doit vivre dans un climat froid ce qui n’est pas le cas du zoo de Berlin ni aucun autre en Europe. On a parlé de dépression car Knut craignait les autres ours et se trouvait très seul après avoir vécu surprotégé par Thomas.

Elena 


mercredi 24 mai 2017

LE DIGICODE


Dans l’Essonne nous avons un bâtiment avec un digicode puis il faut faire le N° de notre appartement pour que j’ouvre.
Un matin j’attendais la femme de ménage, une nouvelle, par une association et comme elle ne venait pas j’ai téléphoné à l’association qui m’a dit qu’elle attendait à la porte ne pouvant pas rentrer après avoir fait le digicode 1304 ; Je suis descendue la chercher mais 1 heure plus tard ce fut l’infirmière qui vient tous les jours qui nous a téléphoné pour dire qu’elle ne pouvait pas entrer, pareil je suis allée la chercher. Je suis allée chez la dame du syndicat qui était absente puis je vis un gamin qui jouait dehors et habite en bas, je lui ai demandé le N° du nouveau digicode et il me l’a donné, il avait vu les ouvriers le changer. J’ai regardé dans ma boite à lettres et personne ne nous a prévenu qu’on nous changeait le digicode. Sans le gamin du sous sol j’étais bien ennuyée !

Elena 2017

lundi 22 mai 2017

Mai soleil

#mai soleil
mai : rose
Une création que j’ai pris du plaisir à faire quand j’apprenais le graphisme pour moi.

Elena 2017


vendredi 19 mai 2017

DECEMBRISTES


En 1825 il y avait « L’union du Nord «  tenu par le prince Troubetzkoï et « La société du midi » Les décembristes voulaient abolir la servitude, il y avait encore des serfs dans toutes les grandes familles et créer une république (la plupart revenait de France après la bataille avec Napoléon) ou la monarchie constitutionnelle.
Troubetzkoï avait écrit le manifeste pour le peuple russe qu’il devait remettre au sénat le 14 décembre lors de l’investiture du tsar Nicolas, son frère Constantin ne voulant pas régner. Ils firent croire au peuple que Nicolas voulait la place de Constantin et en criant « Vive la constitution » le peuple croyait crier vive la femme de Constantin.
Il y avait environ 3000 insurgés le 14 décembre, ils se trouvaient dans un coin de la place, Troubetzkoï n’a pas donné le manifeste au sénat et s’est absenté et Volkonski prit sa place de mauvaise grâce. Les gardes fusillèrent des manifestants, et firent des prisonniers. Il y a eu 5 pendus en 2 fois car la corde avait cassé. D’autres firent la prison un certain temps, et 121 déportés en Sibérie avec assignation à vie.
11 femmes partirent rejoindre leurs époux en abandonnant leurs enfants n’ayant pas le droit de les prendre avec elles. La première fut Mme Troubetzkoï et la seconde Mme Volkonski, certaines étaient d’origine française comme Mme Troubetzkoï et Annenkov.
Elles construisirent des maisons près de la prison, elles eurent aussi des enfants et petit à petit la vie des décembristes s’assouplit en devenant une vie de famille, conférences, concert etc… Les prisonniers apprirent aux bouriates à lire et à écrire et on trouve deux superbes maisons à Irkoutsk des Troubetzko¨et Volkonski.
En 1856 il y a l’amnistie pour les décembristes avec le nouveau tsar Alexandre II mais il ne restait plus que 19 hommes vivants qui rentrèrent.

Elena 

mercredi 17 mai 2017

LA MARCHE


Il marchait sans se retourner, regardant droit devant lui. Cela faisait trois heures qu’il marchait, la fatigue commençait à le tenailler, pourtant il ne marchait pas vite !
Simon avait toujours marché du ruisseau à sa maison, au moins trois fois par semaine ; il y avait environ dix kilomètres. Dans sa jeunesse la promenade ne durait pas si longtemps mais avec le temps…
Il venait d’avoir quatre-vingt-dix ans, il devenait plus lent dans ses mouvements mais personne ne l’aurait empêché de faire cette promenade. Il était presque arrivé et ses petits-enfants l’attendaient pour l’accueillir ! Ce soir ils lui fêteraient son anniversaire et ils seraient une trentaine.
-        Bravo Papy dit sa petite-fille Annette !
-        Ce n’est rien, question d’habitude fanfaronna-t-il !
La femme de Simon ne marchait plus, elle le regarda avec un air de reproche, le médecin avait conseillé d’aller moins loin, son cœur se fatiguait. Le vieux têtu n’écoutait jamais les médecins, il n’y avait rien à faire à part l’attacher !
Simon se reposa un peu en discutant avec ses petits-enfants :
-        Alors ton fils va se marier bientôt Denis ?
-        Oui papy, j’espère bien que tu viendras !
-        Pour sûr, je ne vais pas rater ça !
Les arrière-petits-enfants l’entouraient, il avait toujours des bonbons pour eux. Il était aimé de la famille et se sentait heureux quand tous venaient à la maison.
La soirée se passa merveilleusement bien. Simon souffla les bougies avec l’aide des enfants, il reçut comme cadeau un bon pour une semaine en Tunisie avec sa femme. Il était heureux, il n’avait pas eu l’occasion de voyager beaucoup et ce voyage l’avait toujours tenté.
Après le repas, les invités se dispersèrent d’autres couchèrent dans la maison.
Le lendemain matin Marianne trouva son mari mort, il avait un sourire aux lèvres.

Elena 

lundi 15 mai 2017

mai soleil

#mai soleil
mai : rose
La mer en Grèce!

Elena 2017


vendredi 12 mai 2017

Ivan Kramskoï (1837 – 1887)


Peintre russe du XIXe siècle qui fit partie de « la révolte des quatorze » ce mouvement opposa la peinture académique à la peinture réaliste. Il est surtout connu pour ses portraits et aussi les tableaux concernant les paysans, son art se voulait démocratique. On trouve ses œuvres à la galerie Tretiakov.

Je vous mets mes préférés.

Elena